Damien Montaron
Films
About

Outsiplou

Synopsis

Sur un îlot de terre flottant dans un ciel embrumé, une route se déploie d'un bout à l'autre du monde, le long de laquelle des humains ordinaires tournent en rond sans même le savoir.

Ici, il y a des parapluies pour se planquer et des baignoires rouillées pour s'envoler. Ici, il y a tous ces gens qui attendent, et ce garçon qui choisit d'avancer autrement... Il se met à courir pour trouver un ailleurs.
Et si derrière le brouillard il y avait l'horizon ?

Le Projet

Vous marchiez tranquillement dans la rue, quand deux passants en sens inverse vous croisent et déposent derrière eux des bribes d'une conversation bizarre. Vous attrapez ces quelques mots au vol, un morceau de phrase, un échantillon de vie, et vous faites votre film. De qui parlaient-ils ? Quelle était la suite de leur histoire ? D'où venaient-ils ? Et où vont ils désormais ? Qui sont-ils ?

Quelle que soit la vie que nous leur inventerons, ce ne sera jamais la leur, mais juste une vie de fiction. C'est cet acte de créativité fantaisiste que propose ce film, en se plaçant au coeur de la foule, la regarder avec des yeux naïfs, et donner à tous ces inconnus qui passent furtivement dans nos vies, un "instant héroïque".

La particularité d'une telle expérience filmique est de laisser au spectateur, à la recherche constante de son alter ego de fiction, le choix du protagoniste. Le temps d'une rencontre furtive et créative, c'est à lui de fabriquer ses personnages principaux, leur donner une vie propre. Ce n'est donc pas une histoire que raconte ce film, mais mille histoires, ré-interprétées et développées par le spectateur lui-même.

En résulte un film foisonnant, coloré, renversant, loufoque voire absurde, mais teinté de mélancolie, comme si chaque sourire cachait un appel de détresse. Car il y a ce personnage qui semble ne pas supporter cette situation, peut-être parce qu'il a vu le vide tout autour de lui. C'est ce jeune homme qui donne un sens aux autres personnages en nous proposant sa solution.

Le récit n'est porté ni par le montage, ni par les acteurs, ni par une histoire... mais par tous ces éléments à la fois. Le spectateur passe habilement d'un système à l'autre, sans même s'en rendre compte. Toutes les composantes du film sont reliées entre elles d'une manière ou d'une autre. Certains personnages par leur histoire, certains objets par leur emplacement dans les cadres successifs, certaines actions par ce qu'elles engendreront, certaines images par associations d'idées... Ainsi, le fil conducteur linéaire, présenté en général dans un film et suivit de bout en bout, est ici subdivisé en de multiples entrées possibles.

A travers ce fourmillement de personnages saugrenus, ces rencontres offrent l'expérience originale d'un film burlesque en relief ! Peut-être pour tenter de reprendre le cinéma là où Jacques Tati l'avait laissé...

L'Aventure du Relief

Au cours de l'écriture, l'utilisation du relief dans la mise en scène s'est avérée devenir une nécessité.
En simple observateur, le spectateur va d'abord à la rencontre de ces habitants étranges, avant de se laisser surprendre par les personnages en jaillissement qui viennent à leur tour à la rencontre du spectateur... A cet instant de basculement, l'espace représenté fait de l'écran de cinéma la boîte crânienne du spectateur, l'esprit dans lequel naît le rêve. Immergé dans ce doux cauchemar, le spectateur doit prendre part à ce monde et se poser la question de sa place au milieu de tout ce désordre.

Un autre aspect du film qui appelle au relief, est assez étrangement sa narration, car ce n'est pas le récit qui porte ici le spectateur, mais le spectateur lui-même. Comment ? Notamment par son interprétation de l'espace. En suivant les différents points de vue successifs, le spectateur recré inconsciemment une spatialisation totalement subjective, selon quels personnages auront attirés sont attention. Son voyage est donc autant géographique qu'introspectif.

Le brouillard, omniprésent dans le film, est comme une frontière malléable entre le réel du spectateur et sa fiction. Le relief donne une nouvelle forme cinématographique au brouillard, inédite. En effet, dans un film en deux dimensions, le brouillard noie l'image, l'enferme. Ici, la brume offre une matière à l'espace et accompagne parfaitement la matérialisation du rêve.

"L'approche burlesque et esthétique, autour desquelles se construit le film, sont deux langages étroitement liés à l'image. Ils s'en nourrissent même l'un et l'autre. Développer ces moyens d'expression visuels en trouvant de nouvelles formes fait partie intégrante de ma recherche et de mon processus créatif. Dans cette démarche, le relief m'est apparu peu à peu comme un terrain fertile à de nouvelles expérimentations cinématographiques et un allié au potentiel artistique encore inexploré. De mon coté, je le vois comme un outil essentiel pour prendre la main du spectateur et le plonger littéralement au coeur de mon univers, afin de le mener au final à regarder le sien avec plus de distance." Damien Montaron.

> Voir le film en 3D

A Propos du Titre

Et Outsiplou, qu'est-ce que c'est ? À l'origine, c'est une expression wallone rappelant notre Petaouchnok à nous. C'est un endroit sensé être éloigné de tout, et en même temps, c'est un lieu qui les contient tous. Une sorte d'ailleurs imaginaire, comme une échappatoire, ou bien est-ce une image représentée de notre monde à nous ? Outsiplou, ça voulait également dire "écoute s'il pleut" autrefois, car il fallait attendre que quelque chose tombe du ciel pour que les moulins se mettent à tourner, et que la vie suive son cours. C'est un peu la même chose pour nos protagonistes.

Dans ce film, Outsiplou, c'est aussi un prénom, une insulte, un cri, ou encore un rire... En fin de compte, c'est un peu de nous. Désormais Outsiplou, ce sera une ballade, une flânerie, nouvelle occasion de voir le monde différemment, d'approcher l'imaginaire par le réel, et de redécouvrir le réel par l'imaginaire.

Sélections en Festivals

- Courant 3D -
Angoulême, France
Compétition 2013
- Festival International Clap 89 -
Sens, France
Compétition Nationale 2012
- Seoul International Extreme-Short Film Festival 2011 -
Séoul, Corée du Sud
Compétition Internationale dans la Catégorie 3D
- Cyprus International Short Film Festival -
Limassol, Chypre
Compétition Internationale 2011
- Fenêtres Sur Courts -
Dijon, France
Compétition Régionale 2011
- Dimension 3 -
Paris, France
Compétition Internationale 2011
- Short Film Corner - Festival de Cannes 2011
Cannes, France
- 3D-CON 2012 -
Costa Mesa, California, USA
3D Showcase 2012
- Big Bear Lake International Film Festival -
Southern California, USA
3D showcase 2012








Titre : Outsiplou
Année : 2011
Durée : 15min

Réalisation : Damien Montaron
Production :Collectif Alteréaliste
Co-Production :Binocle 3D
Pays : France

Avec Hugo Courteval et par ordre d'apparition
Bruno Carteron, David Chardin, Diana Boissot, Anne Forin, Manon Boisfard, Nathalie Carteron, Océane Carteron, Arthur Delaval, Quentin Veyrie, Pierre Acobas, Cindy Comte, Brice Carteron, Fredéric Déchelotte, Margaux Goyot, Mélissa Leblanc, Lucie Jaillet, Léo Paoletti, Edina Dzogovic, Fredérique Delaye, Manuel Marcos, Matéo Carteron, Antonin Tartier, Anne Prost-Cossio, Thibaut Leclerre, Marianne Rötig, Bernard Delorme, Henri Laborde, Cécile Laforest, Renée Develle, Bernard Develle, Dominique Strauss, Christian Fleury, Jean-Marie Simon, Mathieu Noelle, Gautier Farvacque, Pascale Prudent, Romain Lesage, Chantal Barbiaux, Garance Amariglio, Véronique Thomas Mommée, Alice Vernay, Mickael Chevalier, Folly Afahounko, Maroua Gheribi, Christophe Da Cunha, Joseph Gallix, Smooz, Maxime Bozonnet, Pierre Signolat, Lucie Molamma-Barg, Didier Chigot, Raphaëla Barile, Thomas Schrobiltgen, Florian Petit-Prost, Angélique Maniérie, Louise Brocard, Maxime Artaud, Simon Drouhin, Mareva Renevier, Yolande Arnal, Maud Lepreux, Lara Celier, Brigitte Arnout, Rodolphe Gueldry, Angèle Bodin, Lou Legros Lefeuvre, Théophile Chevaux, Fabien Bondil, Yann Henry, Heikki Dewaele, Bruno Henry, Fredérique Tartier, Muriel Henry, Jean-Baptiste Montarnier, Veronique Montel, Erwan Henry, Hanicka Andres, Murielle Rouger, Alexis Pelletier, Louise Ropert, Alexia Duvernay, Esteban Fluttaz, Bruno Alvergnat, Sophie Bellamy, Stephane Duevet, Simon Brochard, Jean-Sebastien Bernard, Solène Cerutti, Emilie Stolareck, Evelyne Blanchard, Bénédicte Rey, Florence Chapuis, Catherine Loyer, Cécile Buchez, Alice Malm, Nicolas Guerin, Océane Montel, Mathieu Caffenne, Patoche, Sandra Meuriot, Adeline Viera, Théo Gidon, AliSe Bacholle, Léa Michel, Valère Torrès, Luc Torrès, Colin Ampere, Nicolas Jaillot, Blandine Vion, John Mc Carthy, Georges "Jojo" Viallet, Jérémy Guichardaz, Jean-Claude Bozonnet, Marie-Thérèse Bozonnet, Marie-Laure Vandroux, Flavien Prudent, Solange Delaval, Bernard Delaval, Gérard Joblot, Jocelyne Bonnotte, Gilles Montaron, Jacquotte Montaron, Jeanine Gautret, Jean-Baptiste Drouhard, Tania Buisse, Anaïs Blanchard, Loïc Folleat, Eya Larabi, Sylvain Lesage, Elline Meuriot, Marie Ayasse, Margot Spindler, Charlotte Thouilleux, Jeanne Fleury, Pierre Nagloo, Rosalie Bouraly, Sylvie Vadot, Monique Terrier, Elisabeth Huard, Franck Ampere, Fawzi Larabi, Anton Brocard, & Fabrice Berçot !


Sound Design : Mathieu Fiorentini
Musique : Erwan Henry
Prises Son : Manon Fayard

Image/Stéréographie : Céline Tricart
Assistante Réalisatrice : Daphné Leglise

Costumes : Maxime Bozonnet
Décors : Collectif Alteréaliste


Tout Public
Langage : Sans Dialogue
Format : S3D Full HD et 2D Full HD - 16/9 - Couleur
Son : 5.1



Soutiens :
Région Bourgogne
Dispositif National "Envie d'Agir"
Nicephore Cité


n° de visa : 128 784

> IMDB
> Allociné

> site officiel